Régie intermunicipale de restauration et de préservation des Trois-Lacs

Qu’est-ce que la RIRPTL?

La Régie intermunicipale de restauration et de préservation des Trois-Lacs (RIRPTL) a été fondée le 1er juin 2007 afin de regrouper les différents intervenants municipaux au sein d’une même organisation, étant donné que le lac Trois-Lacs et son bassin versant sont situés principalement dans deux régions administratives et deux municipalités régionales de comté (MRC) différentes qui doivent assurer la gestion du territoire. C’est une première au Québec de créer une régie réunissant 4 municipalités au sein de 2 MRC, avec un objectif commun, soit : la préservation d’un plan d’eau. Elle est constituée de représentants municipaux des deux MRC, de la Ville d’Asbestos et de la Municipalité de Wotton (MRC des Sources), de Tingwick et de St-Rémi-de-Tingwick (MRC d’Arthabaska). Le comité consultatif de la RIRPTL est également constitué d’administrateurs de l’Association des résidants des Trois-Lacs (ARTL), de conseillers et de directeurs généraux des municipalités, des MRC et de l’organisme de Concertation pour l’eau des bassins versants de la Rivière Nicolet (Copernic). Par sa création, elle est devenue le promoteur officiel du projet.


rirptl-image-1


Description du projet

Le projet de restauration consiste principalement à réaliser des travaux de dragage hydraulique visant à réhabiliter certains usages et la qualité du plan d’eau. Ils permettront de succionner l’accumulation excessive de sédiments qui repose sur le sable qui favorise la prolifération d’herbiers aquatiques abondants. Le dragage hydraulique est la méthode reconnue comme ayant le moins d’impact sur l’écosystème. La superficie  d’intervention représente environ 14 % de la zone littorale (riveraine), soit moins de 7 % (164 083 m2) de la superficie totale du lac. Les travaux sont exécutés au début de l’automne, soit du 1er septembre au 12 novembre, afin de minimiser les perturbations tant sur la faune que sur les activités humaines. Les sédiments pompés sont exempts de toute contamination et sont acheminés par des conduites vers deux bassins de décantation. Ces bassins permettent la décantation des sédiments avant que les eaux claires ne soient retournées au lac.

Le projet comprend plusieurs volets soit par l’application d’un programme de surveillance et de suivi environnemental qui s’échelonne de 2011 à 2018 et qui permettra de suivre l’évolution et les impacts du projet, un programme de compensation de l’habitat du poisson qui consiste à réaliser des aménagements dans le lac et ses tributaires et un programme de sensibilisation sur les espèces exotiques envahissantes.

La première phase du projet, échelonnée sur trois ans, vise 12 secteurs d’intervention :

  • Pour les deux secteurs reconnus « aire de baignade publique », le projet vise à restaurer ces espaces de baignade. Les sédiments et les herbiers seront enlevés à partir de la rive jusqu’à une profondeur d’eau de 2 mètres;
  • Pour tous les autres secteurs « dits riverains », les sédiments et les herbiers seront enlevés à partir de 10 mètres de la rive jusqu’à une profondeur d’eau de 2 mètres. Cette décision a été prise de concert avec le MDDEP, l’ARTL et la RIRPTL afin de préserver cet habitat naturel nécessaire à la faune aquatique.

Localisation du bassin versant du lac Trois-Lacs
rirptl-image-2
Localisation des secteurs d’intervention
rirptl-image-3

Les secteurs retenus pour les travaux de dragage présentent des contextes différents et ont été sélectionnés en fonction de différents critères, soit :

  • Degré de fréquentation du secteur par les villégiateurs;
  • Usage récréatif particulier (baignade, rampe de mise à l’eau, accès public, etc.);
  • Aires de baignade publiques déjà reconnues;
  • Fréquentation des espaces par les petites embarcations (créer des espaces en eau peu profonde pour favoriser une circulation sécuritaire des petites embarcations : kayac, canot);
  • Limitation des usages récréatifs liés à l’épaisseur de sédiments ou la densité des herbiers aquatiques;
  • Utilisation particulière du site par la faune aquatique (éviter les zones présentant des conditions particulières pour la faune);
  • Influence sur l’écoulement de l’eau et les phénomènes de déposition des sédiments;
  • Rétablissement des conditions de navigation efficace et sécuritaire.